Mes vélotours

Vélo-randonnées d'un senior

Menu Fermer

DANS LES LANDES À VÉLO – TROIS PARCOURS

Mixe > Source de Yons > Saint- Girons Plage > Vielle- Saint-Girons > Linxe > Mixe

35 km / 90 m ↑  dénivelé positif

Mixe > Lit- et- Mixe > Cap de l’Homy > Contis Plage > Saint-Julien-en-Born > Lit- et- Mixe > Mixe

40 km / 29 m ↑  dénivelé positif

Mixe > Vielle-Saint-Girons > Saint-Girons Plage > Léon > Moliets > Vieux Boucau > Mixe

82 km / 250 m ↑  dénivelé positif

L’auteur en action…

 

 

 

Texte & Photos : André-S. Niedzielski

Le week-end a été extrêmement pluvieux, masses d’eau qui sont tombées sans interruption sur l’Aquitaine et spécialement sur les zones côtières. Nous avions placé notre  camp de base à Mixe, petit village des Landes bien au sud de Bordeaux. Quelques maisons autour d’un restaurant  réputé !

Et ce n’est qu’en début de semaine que de timides éclaircies nous ont permis de sortir les vélos.  Départ donc pour ce premier tour sur la D652 que nous quittons, mon camarade de randonnée  et moi-même fort  heureusement après une centaine de mètres pour bifurquer sur la Route de Yons. C’est une de ces nombreuses routes asphaltées qui parcourent les Landes à la grande joie des cyclistes trouvant là de magnifiques parcours, certes  en voirie partagée  mais si peu utilisés par les véhicules motorisés que l’on se sent en sécurité ! Splendide descente en direction de la côte atlantique avec pour but initial la source de Yons. Il s’agit d’une petite source bien connue dans la région, captée par un tuyau métallique qui semble d’ailleurs lui donner son goût. Elle aurait, dit-on des effets thérapeutiques merveilleux contre les maux d’estomac. Eau ferrugineuse que les connaisseurs remplissent dans des bouteilles pour en faire des cures gratuites à la maison.

La source de Yons

 

 

La forêt en fleur

 

 

 

 

 

 

 

 

La Route de Yons débouche directement sur la Vélodyssée une voie verte renommée, partant d’Angleterre elle longe à partir de Roscoff toute la côte atlantique française pour aboutir à Hendaye à la frontière espagnole (http://www.meine-velotouren.de/fr/sur-la-velodyssee-la-voie-verte-de-latlan). Nous sommes en pleine forêt landaise, qui en cette saison automnale est harmonieusement colorée par des champs de bruyère en fleur bleu-violets. Après quelques kilomètres dans ce cadre enchanteur où l’on respire à pleins poumons l’air pur des pinèdes, on arrive sans grand effort à la plage de Saint-Girons. Un grand spectacle, une mer écumeuse démontée qui n’invite surtout pas à la baignade mais à une contemplation respectueuse ! Quelques touristes de l’arrière-saison restent là pendant des heures figés devant ce tableau gigantesque de la Côte d’Argent, protégés des bourrasques  déjà fraiches blottis dans des creux naturels de la dune ou derrière un abri de fortune.

 

Tempête sur l’Atlantique

Nous évitons tout de même de nous refroidir de trop et repartons vent en poupe  vers l’intérieur des terres sur la D42, d’ailleurs peu empruntée par les automobilistes en cette fin de saison, direction Vielle-Saint-Girons. Grimpée assez longue mais constante et sans rigueur. Puis approvisionnement dans la boulangerie du lieu et continuation jusqu’à Linxe et son Église Saint-Martin du 12è siècle.

Juste avant la bourgade, sur la gauche une route favorable aux cyclistes où l’on croise peu de véhicules motorisés, la D397 vers Mixe. Couché de soleil flamboyant, parcours plaisant où l’on roule facilement pour clore ce tour d’une trentaine de kilomètres.

 Le lendemain la température ambiante est encore basse, mais le soleil se pointe déjà derrière les grands arbres et promet une journée agréable pour cette  second parcours cycliste.

Nous partons sur la D652  avec trafic moyen vers Lit- et- Mixe (en Gascon : Lit e Micse) une commune d’environ 1.500 habitants à cinq kilomètres du quartier excentré de Mixe. Étrange dénomination, mais il n’y a aucun rapport  avec les meubles…il faut prononcer  litt  qui vient du Gascon lete, soit  « vallon dans les dunes ». Juste avant l’entrée du village sur la gauche, une superbe piste cyclable en pleine forêt de pins avec un parcours genre  montagnes russes en modéré, direction Cap de l’Homy.

École de surf

On rejoint  rapidement la voie verte qui longe la côte puis atteint la plage grandiose du  Cap. Depuis la veille  l’océan s’est calmé et a retrouvé sa sereine majesté des beaux jours. Sans tarder nous reprenons la piste cyclable vers le nord jusqu’à Contis Plage. C’est un passage remarquable dans une pinède aux teintes multiples en ces jours de fin septembre,  bruyère en pleine floraison, arbousiers aux fruits écarlates, tapis de genêts blancs.

 

La Vélodyssée

 

Des champs de bruyère en fleur

 

 

 

 

 

 

Le phare dominant de la station balnéaire  se pointe à l’horizon et juste avant d’entrer dans l’agglomération nous bifurquons sur la droite également sur voie verte  en bord de route  vers Saint-Julien-en-Born. Après environ 4 kilomètres la piste cyclable s’écarte de la  D41. Nous sommes maintenant en pleine campagne, l’épaisse forêt du bord de mer fait place à des pinèdes industrielles de faible densité avec des  zones d’abattage périodique du bois, les « coupes réglées » dans le cadre d’une sylviculture à caractère durable.

 

Insustrie du bois

De temps à autre une habitation isolée, un ruisseau, des bosquets avec quelques pins. Et c’est justement avant de passer un de ces petits bois qu’un arbre entier, couché en travers du chemin nous barre brusquement la route…deux ouvriers d’un hangar tout proche accourent sur les lieux pour constater les dégâts : une ligne électrique à terre, deux cyclistes qui semblent avoir eu la chance de leur vie et par bonheur personne sous le tronc massif qui s’étale en travers de la piste ! « Une affaire de 10 secondes ! «  nous affirme l’un des hommes qui s’affaire à son portable pour avertir les services publiques compétents.  » Vous avez eu un sacré pot ! «  ajoute le second. La chance du cycliste…et on en a souvent besoin !

Échapé belle….

Après avoir prudemment contourné les fils électriques sectionnés qui présentent encore des scintillements louches nous poursuivons notre chemin tout en philosophant sur le parcours aléatoire de la vie, l’incertitude du lendemain, « il vaut mieux en profiter maintenant »… « Carpe diem » et J’en passe !

Direction Lit-et-Mixe

 

 

De Saint-Julien-en-Born à Lit-et-Mixe il n’y a hélas plus de voie verte et l’on doit emprunter une route départementale au trafic routier moyen. Par contre à ce jour, par vent-debout  on avance difficilement.

Lit-et-Mixe est une bourgade typique de la région, rue centrale commerciale, quelques maisons landaises à colombage et  une église imposante, Notre-Dame de Lit avec sa tourelle datant du 12 è siècle. Un village touristique bien agencé avec office du tourisme à l’accueil sympathique et un musée original qui relate de l’histoire du pays : le musée  » Landes d’Antan « 

Lit-et-Mixe, rue centrale…

 

…et l’office du tourisme

Lit-et-Mixe, l’Église Notre-Dame

 

 

 

 

 

 

De là, au lieu de reprendre la route départementale 652 sans couloir sécurisé  avec  trafic routier toujours délicat pour les cyclistes, nous bifurquons sur la gauche et prenons la Route de Lagadet qui rejoint après 5 kilomètres la Route du Gémié pour arriver tout droit sur Mixe. Ces petites routes secondaires à faible fréquentation qui relient beaucoup de villages landais sont souvent   d’anciennes voies ferrées ou des chemins de gemmeurs  réadaptés et offrent aux cyclistes un terrain d’activité précieux, d’autant que le revêtement y est de bonne qualité et  le dénivellement faible. Un potentiel important pour le développement du cyclotourisme dans la région. On roule aisément et (presque) en toute tranquillité… le bonheur du randonneur après ce tour mouvementé !

 

Le troisième trajet cycliste dans les Landes nous amène à Vieux Boucau, une station balnéaire connue située à une quarantaine de kilomètres au sud de Mixe, d’où nous partons en début de matinée. La route départementale vers Vielle-Saint-Girons est encore peu fréquentée et nous faisons bon chemin. Bifurcation en direction de Saint-Girons Plage pour rejoindre la Vélodyssée  avec orientation plein sud. Forêt de pins très dense, où l’on se sent protégé des intempéries. Peu de cyclistes, progression rapide sur une piste de bonne qualité dans un cadre grandiose. Nous passons près du lac de Léon, puis la bourgade où la voie verte se perd un peu dans le dédale des rues mais repart dans toute sa perfection dès la sortie de la cité. Près de Moliets, les jambes se font lourdes… courte pause de ravitaillement pour faire remonter le taux de glycémie et reprise énergique vers Messanges et Vieux Boucau en bord de mer.

Vieux Boucau, rue centrale

Après visite cordiale et  émouvante chez un ancien ami de Lycée qui nous reçoit royalement, nous faisons un tour dans une cité à l’histoire particulièrement agitée. En effet Vieux Boucau était à l’origine un port de grande importance commerciale situé sur l’estuaire de l’Adour, un  fleuve de quelques 300 kilomètres de long, qui prend sa source dans les Pyrénées françaises près du col d’Aspin et après avoir traversé le Pays Basque se jetait ici dans l’océan Atlantique. Il est certain que cette situation stratégique constituait un capital économique de premier choix. Bois de pin, résine, vins et autres marchandises de l’arrière- pays passaient  par ce port de renom. Jusqu’au jour de 1578 où, entre autres après de nombreuses inondations régionales et non pas sans protestations musclées de la part de la population locale, le cours de l’Adour fut détourné sur Bayonne !

Vieux Boucau, « la vieille embouchure », retrouva beaucoup plus tard sa prospérité grâce au tourisme et devint Vieux- Boucau- les -Bains. Un grand avantage de la station balnéaire : les plages de la mer et du lac marin.

Moliets, maison typique

Retour prévu par la D328, un raccourci qui nous aurait épargné une dizaine de kilomètres et qui partant de Moliets- et -Maâ  enjambe par la suite le courant d’Huchet (  » l’Amazonie landaise  » ) pour rejoindre la Vélodyssée. Excès de vitesse… ou inattention nous n’avons pas trouvé le passage adéquat et faire un long parcour pour le retour.. La clé de l’énigme : à Moliets prendre sur Maâ ! Une journée sportive mémorable.

En résumé : La présence quasi constante de la majestueuse forêt des Landes et des vastes plages de l’Atlantique fait de cette région un secteur extrêmement attractif  pour la randonnée cycliste. On apprécie tout spécialement les superbes voies vertes en bordure de mer situées dans un cadre extraordinaire. L’infrastructure locale quant  aux commerces, restaurants, hébergement ainsi que l’information touristique contribuent également à la parfaite réussite d’un séjour à vélo.

 

A visiter dans la région :

 le musée  » Landes d’Antan  » à Lit-et-Mixe

Une institution créée littéralement de toutes pièces par les habitants du village à partir d’objets de famille, de photos anciennes, de donations et basée sur des récits authentiques de parents, grands-parents,  visiteurs de l’époque. Le musée est constitué de plusieurs locaux répartis dans deux maisons municipales; les guides bénévoles sont des membres de la communauté villageoise.

Image  familiale

On est rapidement saisi par la dure réalité des époques passées (19- 20 e siècles) où la vie quotidienne n’était pas des plus faciles dans ce secteur du sud-ouest. Les thèmes phares : Landes  agropastorales, le gemmage, la pêche à bord des  Pinasses, ces grands bateaux en bois, qui affrontaient courageusement  l’océan. Ustensiles et meubles du quotidien, lesquels  d’après notre guide, une charmante Dame de Lit-et-Mixe « n’ont pas beaucoup changé depuis » 

La ferme

Le cordonnier

 

 

 

 

 

 

Costumes locaux

Le gemmeur

 

 

 

Et quelques historiettes au passage comme celles des jours de lessive rares, des repas autour d’un plat commun ou bien l’explication des sous-vêtements unisexes accrochés au mur d’une chambre à coucher :   « car dans les champs, les femmes à l’époque réglaient leurs besoins urinaires… debout « ! Ou encore la réponse pertinente à un visiteur qui s’étonnait de ne voir que des petits lits :  » parce que l’on dormait quasiment assis… la position  couchée, tabou …étant celle des personnes décédées »!

 

Chambre à coucher

 

 

 

 

 

 

La Pinasse

Visite imagée et distrayante qui reflète à merveille la rudesse de la vie d’antan ! A ne pas manquer.

http://www.meine-velotouren.de/fr/sur-la-velodyssee-la-voie-verte-de-latlantique/

 

 

 

© 2020 Meine Vélotouren. Theme by Anders Norén.