Elmen ( vallée du Lech )   >    Bach    >    Madau    >    Bach    >    Elmen

(48 km  / 436 m↑ = dénivelé pos.)

Le but en  fond de vallée

Texte & photos : André-S. Niedzielski

 

 

Le travail d’approche s’effectue en voiture en suivant  en amont la rivière Lech  (prononcer  » Lèch « ) jusqu’à Elmen, un petit village situé à environ 24 kilomètres au sud de Reutte ( » Roeilte »), centre administratif de la région. Parking gratuit et météo favorable, idéal pour prendre son vélo par une journée estivale de plein soleil. De là, quelques kilomètres à plat au fond de la vallée jusqu’à Bach, bourgade très touristique d’où part brusquement  sur la gauche une petite route le long d’un torrent affluent du Lech : le Alperschonbach.  Cette voie de circulation – encore asphaltée – est réservée uniquement aux véhicules de transport des résidents du hameau de Madau ( » Madaô ») perdu dans les montagnes  à 1309 mètres d’altitude. D’ailleurs tellement à l’écart de toute civilisation que ses habitants  l’ont quitté progressivement et que actuellement, il ne reste plus que le patron de l’unique auberge  qui soit encore resté seul administré officiel du lieu.

La rivière  Lech

Les rares randonneurs cyclistes sont aussi autorisés à utiliser la route qui d’emblée monte sérieusement sur deux à trois kilomètres avec des passages à 10% ! Les cyclistes sans soutien électrique attaquent  la pente pour la majorité en poussant sagement leur vélo…ce que j’ai dû faire moi-même jusqu’à un petit cimetière pittoresque, situé en bord de route, érigé là  non pas pour  » les victimes  » de cette féroce  montée, mais avec des tombes symboliques dédiées aux  accidentés du travail forestier souvent emportés par des avalanches meurtrières !

Bach : « Gasthaus » tyrolien typique

 

Bach , place du village

 

 

 

 

 

 

De cet endroit original une courte portion de route plate, qui d’ailleurs fait maintenant place à un chemin, permet  au cycliste de remonter sur son vélo et de  poursuivre sa course en direction du hameau de Madau avec son auberge accueillante : Chez Hermine !

 

Première montée…  et vue plongeante sur la vallée

Puis viennent des passages de la piste cyclable qui offrent un spectacle impressionnant : des pans de montagnes qui plongent littéralement dans le vide avec tout en bas le torrent fougueux et dans les hauteurs un ciel lumineux d’un bleu profond ! Le chemin se ronge dans la paroi de pierres et il ne faut pas avoir le vertige, car il y a de nombreux endroits au bord de pentes raides et ceci sans aucune barrière protectrice ! Les cyclistes restent prudents et gardent bien la droite à la montée…mais pas à la descente, plutôt longer la paroi et s’éloigner du vide ! Par bonheur la circulation est peu dense…

Signalisation efficace

 

…au bord de l’abîme

 

 

 

 

 

 

On arrive ensuite à un secteur délicat 0ù le chemin se transforme sur quelques mètres  en une piste caillouteuse semi-inondée par des sources spontanées causées par les pluies des derniers jours. Avec du matériel adéquat  – vélo VTT par exemple – et un peu d’expérience, on passe ces endroits sans trop de difficultés.

Le « bon esprit » de la forêt porte bohneur…

 

 

 

 

 

Dès lors, la montée est faisable et il y a même  des secteurs à plat où l’on peut reprendre ses forces… et de la vitesse.

Le chemin cyclable vers Madau… court passage à plat

En milieu de trajet, un pont en bois vertigineux placé sur les cascades de plusieurs torrents tonitruants, construction qui ne peut que susciter une admiration et un respect sans réserve à l’égard des bâtisseurs de cette route.

Passage escarpé

Par la suite quelques traversées de forêts et un nouveau pont sur un torrent adjacent, puis une dernière montée avant le but final que l’on peut apercevoir à travers les bosquets qui bordent le chemin. Deux ou trois maisonnettes et une auberge plutôt cossue forment le hameau de Madau qui, détail étonnant, se trouve sur la commune de Zams bourgade située dans la vallée de l’Inn au cœur du Tyrol et bien loin de là ! La seule voie d’accès direct : l’E5, Chemin Européen de randonnée pédestre.

Nature sauvage

 

Coulée d’avalanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une pause méritée et un petit repas flanqué d’un grand verre de bière (sans alcool) pour une bonne rehydratation : une longue descente expertement contrôlée tout au plaisir du randonneur cycliste qui n’oubliera pas  les images fabuleuses de ce paysage  exceptionnel !

 

Madau :  » Bergheim Hermine « 

En résumé : un tour cycliste en montagne dans un cadre alpin prodigieux qui requiert cependant condition physique, technique et matériel approprié !

http://www.meine-velotouren.de/fr/la-vallee-du-lech-au-tyrol-sur-la-voie-verte/